Inspirations

Le jour où j’ai coaché Mr. Anderson (Matrix) – partie 1

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi pourrait ressembler une séance de coaching avec Neo ? En tant que fan de Matrix, moi oui.

Même si cette idée farfelue ne vous est jamais venue à l’esprit (il y a des chances), vous vous demandez peut-être comment se passe un coaching. Pour vous le faire découvrir de façon atypique, je me suis amusée à coacher fictivement Neo.

Bonne lecture !

Avertissement : L’entretien qui suit est entièrement fictif. Cet échange imaginaire a pour but de vous donner un exemple de la façon dont peut se dérouler un coaching. Pour m’assurer que la lecture reste agréable pour vous, certaines parties sont résumées et/ou simplifiées.

Premier appel : l’entretien préalable

 



  • Juliette : Juliette Guilbaud bonjour.
  • Inconnu : Allo ?
  • Juliette : Oui, je vous écoute.
  • Inconnu : Bonjour, je m’appelle Thomas A. Anderson. Je vous contacte parce qu’on m’a donné votre numéro pour du coaching. J’aimerais savoir comment ça se passe et si vous pouvez m’aider.
  • Juliette : Bonjour M. Anderson. Si vous le souhaitez, nous pouvons prendre le temps pour un entretien dès maintenant, avez-vous environ 30 minutes devant vous ?
  • M. Anderson :  Oui sans problème.
  • Juliette : D’accord parfait. Que voulez-vous savoir exactement ?
  • M. Anderson : En ce moment j’ai l’impression que tout s’effondre, je ne contrôle plus rien. Mon entourage attend beaucoup trop de moi et je ne me sens pas à la hauteur. Hier encore je suis arrivé en retard au travail et mon patron m’a menacé de me virer. Je me couche trop tard mais je n’arrive pas à me raisonner. Je passe mes nuits sur mon ordinateur. Quand on me demande quelque chose je n’ose pas dire non et après je n’arrive pas à tout gérer.
  • Juliette : Qu’est-ce que vous attendez par rapport au coaching ?
  • M. Anderson : Je ne suis pas sûr… Peut-être de m’aider à y voir plus clair et ne pas me laisser dépasser.
  • Juliette : Où est-ce que vous voulez y voir plus clair ?
  • M. Anderson : Mes priorités et mes décisions. En ce moment tout est mélangé.
  • Juliette : Par quoi vous vous laissez dépasser ?
  • M. Anderson : Par tout j’ai l’impression.
  • Juliette : Vous avez un exemple précis ?
  • M. Anderson : Oui, au travail par exemple. Je n’arrive pas à reprendre le dessus. Plus ça va, plus ça se passe mal au bureau. Je me mets toujours dans des situations impossibles. Ma vie personnelle envahit ma vie professionnelle.
  • Juliette : C’est entendu. Qu’est-ce que vous connaissez du coaching ?
  • M. Anderson : Ce que m’en a dit la personne qui m’a envoyé vers vous. C’est quelqu’un de confiance. Si j’ai bien compris vous n’allez pas me dire quoi faire mais m’aider à voir les choses différemment pour que j’avance. Mais je ne sais pas comment ça se passe.

J’explique alors à M. Anderson qu’il a compris l’essentiel. Je lui précise qu’en coaching nous travaillons sur le passage à l’action. Avec mon accompagnement pendant la 1ère séance, il définira lui-même l’objectif qu’il veut atteindre. Les séances qui suivront lui permettront d’avancer à son rythme vers son objectif. Mon intervention se fait sur la base de questionnements et d’outils que je peux lui proposer pour approfondir un sujet spécifique. J’insiste aussi sur le fait qu’il sera celui qui prendra toutes les décisions sur ce qu’il veut mettre en place à l’issue de la séance. Je termine en lui expliquant que je ne porte pas de jugement sur son objectif ou ses choix. Mon rôle consiste à lui permettre de porter un regard nouveau sur sa situation.

 

  • M. Anderson : Combien de séances seront nécessaires ?
  • Juliette : La durée de l’accompagnement n’est pas fixe. Elle s’adapte en fonction de votre avancement. Cela dépasse rarement les 8 séances. Les séances sont espacées de 15 jours minimum. Est-ce que vous avez un délai précis ?
  • M. Anderson : Oui et non. Je sens que les choses s’accélèrent dans ma vie et je crois que je vais devoir faire des choix décisifs rapidement.
  • Juliette : Qu’entendez-vous par « rapidement » ?
  • M. Anderson : Quelques mois à peine. Vous pensez que c’est possible en moins de 3 mois ?
  • Juliette : Si vous voulez vous donner un délai de 3 mois, il sera essentiel que votre objectif soit réaliste vis-à-vis de ce délai. Notre première séance vous permettra de décider ce que vous voulez atteindre et pour quand exactement.

Nous terminons la discussion sur les aspects pratiques et notamment la prise d’un rendez-vous pour la 1ère séance.

  • M. Anderson : Les séances sont possibles à distance ?
  • Juliette : Oui tout à fait, c’est possible par téléphone.
  • M. Anderson : Tout ce qu’on dira pendant la séance est confidentiel ?
  • Juliette : Oui bien sûr.
  • M. Anderson : Est-ce qu’on peut prendre des précautions supplémentaires ?
  • Juliette : C’est-à-dire ?
  • M. Anderson : Je travaille dans l’informatique et j’ai appris à prendre mes précautions. Seriez-vous d’accord pour passer par un canal de discussion sécurisé ? Ce sera simple d’utilisation.
  • Juliette : Si c’est simple et fonctionnel je n’y vois pas d’inconvénient.
  • M. Anderson : Ok, alors je vous donnerai la procédure pour appeler. Est-ce que je peux vous demander une dernière chose ?
  • Juliette : Je vous écoute.
  • M. Anderson : Vous n’avez jamais l’impression que les choses ne sont pas ce qu’elles prétendent être ?
  • Juliette : C’est tout mon travail de coaching. J’essaie de faire apparaître les choses sous un jour différent. Et vous, vous répondriez quoi à votre propre question ?
  • M. Anderson : Dès fois je me dis que je me pose trop de questions. Merci pour votre temps Mme Guilbaud. Je vous communiquerai la procédure d’appel sécurisé d’ici 3 jours.
  • Juliette : Avec plaisir. A dans 3 jours alors. Bonne soirée.
  • M. Anderson : Bonne soirée.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *